Signer la Pétition :

Signer la petition
Civilite1 Jerome Philippe (2014-02-07 04:26)
Civilite1 VINCENT BERTRAND (2014-01-19 20:09)

Connection



Liens ami

Nos liens :
Quoi2Neuf ?
Le site d'information et découverte par des reportages vidéos sur le Finistère.
Photos de Navires
Incontournable pour les passionnés de navires !
Zozio de Serge Kergoat
Photographies exceptionnels d'oiseaux d'ici et d'ailleurs.
Les Verts Brestois
Le site des Verts Brestois

Compteur

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
en ligne depuis (minute): 2
Votre IP: 54.243.23.129
,
Date: 2014-04-20 23:31

Feed Display

Aucun URL de fil RSS fourni
Réalisation:
Costour
PDF Imprimer Envoyer

Le Projet :
Il a pour but de valoriser de manière durable le site de la vallée du Costour ainsi que sa biodiversité :

- Mettre en avant un espace terrestre semi sauvage, unique sur la région Brestoise.
- Préserver de manière aussi naturelle que possible les eaux qu’elle fourni (15 % de l'eau potable de Brest).
- Préserver les 180 espèces qui y vivent par le maintien des espaces tampons qui l’entourent et participent à son équilibre.
- Créer ou de maintenir un lien social et solidaire entre citadin et ruraux.
- Faire découvrir par des actions éducatrices la faune qui y réside.
- Faire connaître la face historique de la vallée et du site du Moulin Blanc, ou se trouvait la plus grande poudrerie de France.

Partie intégrante des trois communes de Brest, Guipavas et Kerhuon, cette vallée représente une chance unique de lier
les aspects économiques, sociaux et environnementaux dans  un même endroit géographique.
C’est une conception nouvelle de l’aménagement urbain qui consiste à mettre en valeur non seulement un
espace paysager mais également de permettre la création d’un espace de découverte, de connaissance et d’échanges.

Plus d'information dans la rubrique "Présentation"

 
PDF Imprimer Envoyer
Amitié, Politique et écologie...

La lois est appliquée à Plougastel, avec la Bénédiction du Maire de Brest (Président de BMO) et de Bretagne Vivante,
mais elle ne l'ai pas pour la vallée du Costour,  qui elle, est située sur les communes de Guipavas et du Relecq-Kerhuon...
Pourquoi ?
Voici donc une petite explication :

 
 
PDF Imprimer Envoyer

Voici ma réaction au sujet du dépôt de plainte réalisé par l'association Bretagne Vivante contre
Le Centre de formation de Plougastel :

 




Correction :
J'ai eut ce midi le plaisir de recevoir un appel téléphonique de Mr Malengreau.
La discutions fut cordiale.
Il tien à préciser, et je me doit donc de corriger une erreur de ma part, qu'il n’était pas adjoint au Maire sortant de Plougastel, mais dans le conseil Municipal.
Ceci étant dit et corrigé ,je ne change pas mon avis sur les ramifications qu'il peut y avoir entre Plougastel et certaines actions très, très réactives, d'associations écologistes....
• Deux terres agricoles de culture de champs de Mais suscites soudainement toutes ses actions, alors que de l'autre coté du pont, et malgré :
- un site internet extrêmement fournie,
- un projet raisonnable, des photographies,
- des vidéos
- un travail médiatique,
- des visites avec des écoles ou des associations de sourd et muets,
- Des courriers, "flyers", DVD ,envoyés aux élus (droite comme gauche)
Cela ne les a pas fait réagir de la même manière.....
Et bien je continu et persiste à croire qu'il y a deux poids deux mesures dans cette "affaires".
Je ne m'explique pas la frilosité de ses associations face à Guipavas, Kerhuon, BMO, et Arkéa......a moins que...
Bref j’espère que ses associations prendrons le flambeau du Costour, car comme je l'ai indiqué dans le reportage de FR3, pour moi, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, et donc, je passe l'éponge sur la présidence du Costour.
Avis donc aux volontaires.....
Peut être Monsieur Malengreau prendra t 'il "enfin", la défense d'un lieu UNIQUE dans le Finistère qui représente un
intérêt autrement plus important et exemplaire pour l'écologie !

A bon entendeur.
 
PDF Imprimer Envoyer

Un comptage révèle qu’il n’y a presque plus de chevreuils dans la vallée du Costour.

 

JavaScript is disabled!
To display this content, you need a JavaScript capable browser.

 
PDF Imprimer Envoyer
C'est avec le plus grand regret que nous apprenons la mise en place d'une nouvelle battue de chasse aux chevreuils
 au Costour le DIMANCHE 11 décembre 2011.
 
Cette battue est en totale contradiction avec les engagements que les chasseurs avaient  pris.

Effectivement, le chiffre annoncé de plus de 40 chevreuils, dans et autour de la vallée, n’étant pas vérifiable et en totale contradiction avec nos nombreuses observations, il avait été convenu de réaliser un comptage et une étude faunistique. Sur ce point les chasseurs étaient d'accord.
Je précise que le dernier comptage remonte aux années 1980 !
Lors de la dernière chasse, un chevreuil blessé, a erré durant une journée supplémentaire, une journée de calvaire, pour finalement finir mis en pièces par des chiens.

Nous ne pouvons cautionner ce type de chasse qui relève plus de l'amateurisme que de professionnels!

Lorsqu'on tire un animal, on le retrouve coûte que coûte et on l’achève !

Nous demandons l'annulation pur et simple de cette battue faite sur aucuns chiffres réelles et aucunes raisons valables.

 

Voici ce que j'avais déjà écrit en 2010 ! :

 

Je dénombre tout au plus 15 chevreuils depuis 4 ans,
ceci n'est qu'une estimation basé sur mes observations,et l'affirmer de manière certaines serait hasardeuse.
L'évolution de la population est fluctuante, l'accroissement maximal annuel peut atteindre 40% lorsque les chevreuils ne sont pas trop nombreux.

En cas de surpopulation, il peut devenir nul, voire négatif.
Maintenir une population stable est donc illusoire.


Pour exploiter ces chiffres, il faudrait connaître le cheptel de départ et tenir compte de la situation géographique de la vallée qui est très proches d'un grand centre urbain et enclavé par de grand axes de circulations...
Un comptage mobilisant plusieurs volontaires serait donc envisageable.
Les périodes de comptage sont entre Mars et Avril, quant la visibilité est optimale, un deuxième comptage pouvant être effectué fin Août,

pour connaître le taux de reproduction.


En dehors de tout comptage, lorsqu'un animal est abattu, plusieurs paramètres sont de bons indicateurs sur les capacités de reproduction et
aussi de qualité du cheptel :

• La longueur moyenne de la mâchoire inférieure, qui indique le taux de croissance du chevreuil abattu et donne donc, une bonne idée du potentiel d'évolution.

• Le poids moyen (animal vidé) donne une idée de sa corpulence et de ses conditions de vie.

• La présence de corps jaunes renseignent sur la fécondité des chevrettes.

Une autre manière de comptage est tiré d'un principe d'observation suivant :
(Principe du Docteur ROUCHER) :

« Le nombre de chevreuils vus à l'heure ou au kilomètre de marche décroît beaucoup plus vite que leur densité réelle »

(lorsque vous êtes repéré par un chevreuil, l'alerte est donnée aux autres, donc vous en voyez moins…)
Ainsi, lorsque vous observez 5 chevreuils à l'heure, il y en a 40 sur 100 Ha et lorsque vous n'en voyez plus qu'un,
la densité peut être de 1 à 20 aux 100 Ha.

N'ayant jamais vue plus de 4 chevreuils en même temps sur la vallée, et observant les mêmes à différents endroit,
la question portant sur le nombres d'individus est légitime.


Pour avoir une bonne gestion, il faut prendre en compte les facteurs favorisants ou limitant leur extension.
La présence de voies express est un paramètre négatif, les chevreuils n'aimant pas être aux abords de ces routes.
Les incursions sur leur territoire par l'homme peut aussi les faire partir, si ils sont trop souvent dérangés.
La taille, l'emplacement et la qualité nutritive de leur territoire agit donc directement sur la population du cheptel.
La vallée du Costour et ses terres agricoles représentent environ, une superficie de 130 hectares (libres sans construction).
La population de chevreuils ne peut pas dépasser, par rapport à toutes les études et observations pratiquées dans d'autres régions, un nombre supérieur à 20 têtes.
C'est donc en partant de ce chiffre maximum que nous pouvons estimer les fluctuations de population.
Comme expliqué plus haut, ce nombre de 20 représenterait le pic maximum d'individus.
Il ne peut augmenter, dû aux critères de nourriture et de superficie du territoire.
Je propose donc qu'un comptage soit organisé avec les chasseurs de Guipavas et appelle les adhérents de l'association a y participer.
Les modalités de ce comptage seront à définir par rapport à un quadrillage à établir sur ce secteur.
Ce quadrillage devra tenir compte du biotope de la vallée de sa situation géographique enclavée.

Il est facile de remarquer l'enclavement de la vallée du Costour, et donc, les limites réelles de déplacements des chevreuils, qui ne s'approche des zones habités que tôt le matin ou dans l'après midi au plus chaud des journées, sauf si ils sont dérangés.
La voie express est aussi une barrière qui limite l'apport de nouvelles têtes. Les zones artisanales sur le coté Ouest également ainsi que les zones à l'est (urbanisées).
Le sud , pour sa part, ne comporte aucune bêtes.
Le seul chemin que pourrait prendre les chevreuils ce trouve donc Nord-Nord Est. En traversant la voie express. Ce qui est assez rare.
Les zones d'alimentation sont fonction des cultures, mais les observations habituelles sont sur le coté Ouest de la vallée, ou il sont le moins dérangés.

 

 

 
« DébutPrécédent123456SuivantFin »

Page 1 sur 6